• Farandole de l'absurde (79)

    Farandole de l'absurde (79)

     

     

    Petite chronique malveillante, malpolie, et de mauvaise foi… à l’usage de ceux qui ne le sont pas.

     

     

    17/04/2017.   Nous avons vu, récemment, plusieurs personnages politiques de premier plan mentir devant la France entière. Nous interrogeons donc aujourd’hui quelques candidats à ce sujet, sous Penthotal bien sûr, histoire qu’ils ne nous racontent pas de carabistouilles.

     

     

    -          Miss Piggy, une fois de plus honneur aux dames. Vous arrive-t-il de mentir ?

    -          Mais je mens sans arrêt. Celui qui ne ment pas est mort en politique.

    -          A quoi attribuez-vous cela ?

    -          La réalité est dure. On ne vote que pour la changer. Et le rêve c’est bien ce qui change en tout premier lieu de la réalité. Les Français votent donc pour le rêve.

    -          Mais le rêve n’est pas un mensonge.

    -          Si, c’est un mensonge quand on le fait passer pour la réalité.

    -          Et c’est ce que vous faites ?

    -          Non moi je suis plus intelligente que ça. Je dénonce les difficultés de la réalité, et du coup les gens trouvent que je suis sensée, et que mes propositions doivent l’être aussi.

    -          Elles ne le sont pas ?

    -          Non, elles ne visent qu’à me faire accéder au pouvoir.

    -          Chaque candidat, du plus petit au plus grand, affirme sa certitude d’être élu Président de la République. Et vous ?

    -          Tous mentent y compris moi. Sauf que moi je fais tout pour ne pas être élue.

    -          Quoi ?!

    -          Ben oui, je préfère qu’un autre s’y colle, échoue, et ensuite les électeurs se tourneront vers moi avec d’autant plus de conviction. Ce n’est que comme ça que je briserai le plafond de verre.

    -          Une fois que vous aurez le pouvoir, que ferez-vous ?

    -          De l’argent.

    -          De l’argent ?

    -          Ben oui, de la thune, de l’arsouille, du flouze quoi.

    -          Et vous croyez que les citoyens vous laisseront faire ?

    -          Vous savez entre une balle dans la tête et dix balles dans le portefeuille, leur choix sera vite fait. Je compte donc rencontrer une grande adhésion à ma politique. Regardez Poutine, il a réussi lui, en utilisant cette méthode, et il est milliardaire…

     

     

    -          Bien nous recevons maintenant le manuel Macroute. Bonjour M. Macroute, vous arrive-t-il de mentir ?

    -          Alors moi j’ai trouvé une façon imparable de moins mentir.

    -          Ah bon ! Laquelle ?

    -          Je parle pour ne rien dire ou de la sorte à ce que personne, ni moi-même je vous rassure, car sinon ça serait trop facile, n’y comprenne rien.

    -          La ficelle n’est pas un peu grosse ?

    -          Oh, vous savez les plus grosses ficelles sont toujours les plus solides.

    -          Comme quoi ?

    -          Dire que je suis un progressiste par exemple, ça ne veut rien dire. Vous imaginez  quelqu’un qui se vende en tant que rétrograde ? Tout le monde est progressiste.

    -          Et vos mensonges alors, quels sont-ils ?

    -          Ah ! et bien que je vais mettre de nouveaux visages dans la vie politique, en fait c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes (demandez à ma femme), et tous ces nouveaux visages sont des anciens en politique.

    -          C’est tout ?

    -          … et qu’il faut une rupture avec le passé. Tout ce que je propose, c’est la même politique que Hollande, et pour cause, puisque c’est moi qui la lui ai soufflée. Mais le plus drôle, voyez-vous, c’est que je dise ça devant la France entière et que ça passe ! Le mensonge est une nécessité imposée par les électeurs eux-mêmes. C'est quand on dit la vérité que les électeurs ne veulent pas de vous. Il faut dire qu’avec mon visage d’ange on me donnerait le bon Dieu sans confession.

     

    -          Bien, nous recevons maintenant Jean-Luc Méchencon. Bonjour M. Méchencon. Mentez-vous souvent ?

    -          Ben oui, mais moi je suis plus intelligent que les autres, et mon destin est celui d’un césar !

    -          Sans blague ! Et pourquoi donc ?

    -          Parce que j’habille mes mensonges de vérité. Car mon seul but est de prendre le pouvoir et de dominer les autres. Mais ça je ne peux pas le dire. Alors je pompe sur Miss Piggy histoire de lui piquer des électeurs, et je drape mon discours d’un halo de démocratie. Et tout le monde fonce tête baissée !

    -          Ah bon ?

    -          Mais oui, voyons ! Regardez : j’ai fait la nique aux primaires de gauche. C’est le signe d’un grand démocrate ça ? Et puis je n’ai cessé de dénoncer la Vème République parce qu’elle ne permettait pas de représenter les petits partis, et maintenant qu’elle le fait, je veux en changer pour une VIème. Et je fais ça devant tout le monde ! Et tout le monde n’y voit que du feu ! C’est pas grandiose ça, hein !?

    -          A quoi attribuez-vous cela ?

    -          Je fais le pédagogue. Comme Miss Piggy je dénonce la réalité. Mais moi je propose des solutions toutes simples que les gens puissent comprendre, et voilà ! En fait les gens n’ont pas le temps d’aller dans le détail de mon programme et de ses implications, alors ils votent pour la simplicité. Ils votent simple parce qu'ils n'ont pas le temps. Ils votent pour ma gouaille aussi, c'est-à-dire pour l’apparence, voyez-vous, et ce d’autant plus qu’ils sont dans le désespoir. Ventre affamé n’a point d’oreille.

    -          Ah ! Et c’est parce que vous êtes à moitié sourd que vous êtes affamé de pouvoir alors ?

    -          Je ne ferais pas comme d’habitude, celui qui croit ne pas entendre ce qu’on lui dit, histoire d’avoir le temps de trouver une réponse, mais vous avez raison.

     

    -          A votre tour M. Fillon. Avez-vous menti devant la France entière ?

    -          Je mentirais si je disais que je n’avais pas menti.

    -          Quand ?

    -          Tout le temps. Les gens confondent le mensonge avec de la résolution, et la résolution avec une qualité morale. Le mensonge devient donc une qualité morale, et c’est depuis que j’ai compris cela que je n’arrête pas de mentir.

    -          Et ça marche ?

    -          Et bien voyez-vous ça passe quand on fait l’offusqué, celui qui est victime d’une cabale politique alors que ce n’est que moi-même qui ai fait ce dont on m’accuse ! Que voulez-vous, les gens et l’époque sont comme ça. D’ailleurs j’ai entraîné toute ma famille politique à me soutenir, c’est pas un signe ça ? Mais ça prend. Dans cette époque de réalité virtuelle, c’est la réalité même qui se dissout, et la paranoïa des théories du complot qui prospère. Il faut vivre avec son époque, c'est élémentaire en  politique, même si au bout du compte nos comportements ne font qu’alimenter de telles théories. In fine, dans ces périodes où tous se sentent perdus, il faut imposer un cap et l’imposer en tant que réalité vraie. Les gens ont besoin de ça même si  la morale y perd. Regardez Poutine, c’est ce qu’il fait, et ça fonctionne !

    -          Bon. Quelques exemples concrets, peut-être, de vos mensonges, pour satisfaire les lecteurs de « Closer » ?

    -          Quand j’ai dit que je me retirerais de  l’élection présidentielle si j’étais mis en examen, ou quand j’ai dit avoir employé mes enfants en tant qu’avocats alors qu’ils ne l’étaient pas. Ou quand j’ai dit que les costumes qui m’ont été offerts l’ont été sans contrepartie, ce qui indiquerait au passage que je sois quelqu'un de particulièrement peu reconnaissant. Enfin toute mon attitude est mensongère, je dis ce que les gens veulent entendre, et je leur pisse à la raie.

    -          Monsieur Fillon !

    -          Ouais ! Le notable de province qui vit depuis trente-six ans à Paris il te pisse à la raie, gros connard de mes deux !

    -          Bien. Ravi d’avoir fait la connaissance avec le vrai, l’authentique Fillon ! Et loin de moi de penser que Fi''on est un trou du cul.

     

     

    -          Pour terminer nous recevons enfin Benoît Hamon. Alors Benoît, est-ce que vous mentez ?

    -          J’essaye de ne pas mentir.

    -          Pourquoi ?

    -          C’est trop compliqué, ça me fait mal à la tête, et après on est obligé de s’enferrer dans ses mensonges. Et puis moi j’ai confiance dans les électeurs. Les électeurs ne sont, par exemple, pas dupes de Valls quand il justifie son acte vil de soutenir Macron au nom de la noble idée de barrer le chemin à Miss Piggy, puisque tout le monde sait que ce qui va compter, c’est la composition de l’assemblée nationale après l’élection, et que de ce point de vue, la Vème République montre son extrême versatilité, puisqu’elle est capable de basculer vers un système représentatif. Les électeurs ne sont pas non plus dupes de tous mes concurrents qui se disent antisystème et qui non seulement en font partie mais l’utilisent. Comme Fillon avec l’emploi de sa femme en tant qu’attaché parlementaire, ou Miss Piggy qui se dit contre l’Europe mais siège au parlement européen, ou utilise son immunité parlementaire, ou Macron qui a été au gouvernement et a fait partie de la fonction publique, ou Méchencon, qui est dans la politique depuis qu’on lui a volé sa tétine. Moi je suis le seul candidat du système ! Voilà !

    -          Bien. C’était benêt Hamon en direct de notre émission « interview sérum de vérité ». A demain j'espère, pour de nouvelles aventures !


  • Commentaires

    1
    vivi
    Lundi 17 Avril à 16:35

    oh lalalalala!!! j'en ai marre des politiques....

     

    2
    Lundi 17 Avril à 16:47

    Et dire qu' après la présidentielle il y a les législatives ! On n'est pas sorti de l'auberge !

    3
    frederic357
    Lundi 17 Avril à 17:12
    Bravo Stef !
      • Lundi 17 Avril à 17:14

        Merci Frédéric !

    4
    domi
    Mardi 18 Avril à 04:04

    Je trouve cette rubrique excellente et si c'est vrai que les français votent pour le rêve, je crois que plus souvent encore ils votent CONTRE le cauchemar

    Cette rubrique est bonne mais un peu longue pour un blog, je crois que tu aurais dû fractionner en en faisant une publication quotidienne

      • Mardi 18 Avril à 08:20

        Oui, je crois que tu as raison. Je me suis fait piégé par le calendrier électoral.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :