• L'éthique est alimentaire (réponse à Dominique Arnaud)

     

    L'éthique est alimentaire (et non pas "l'étiquette alimentaire", hein !)

     

    Cher Dominique, merci pour ce bel article que ton humour rend tellement humain, et sensible : http://monpetitjournaldicietdailleurs.over-blog.com/2017/11/a-propos-de-l-ethique-et-de-l-hygiene-alimentaires-demandez-le-menu.html

    Il y a à mon avis, dans ces mouvements (dont font partie les végétariens, végétaliens, végans, mais bien d'autres aussi qui concernent plus des régimes politiques...), l'expression que nos sociétés sont décrédibilisées parce qu'elles sont ressenties comme n'étant plus à même d'assurer notre survie individuelle et de groupe en toute sérénité. La passion, les angoisses, tendent à rendre irrationnels des mouvements qui s'orientent vers la destruction physique de nos sociétés, ainsi que des lemmings (remise en cause des institutions politiques, journalistiques, juridiques, scientifiques, théories du complot..)

    Argument : si l'homme devait exercer sa domination sur la nature, et maximiser le nombre de vies sur terre alors il ne laisserait que des bactéries et se détruirait aussi, car la chaîne alimentaire impose violence et cruauté, et je crois que tuer un gibier d’un coup de fusil est peut-être moins rude que de le manger tout cru, voire vivant comme parfois dans le règne « animal ». Pareillement : autant préserver les vaches qui disparaîtraient par centaines de milliers si leur viande ne devait plus être mangée. Moins de vies, cela serait-il mieux ? Sachant que les pollutions des ruminants doivent être adressées ?

    Un autre argument : si l’homme disparait il signera définitivement la plus grosse extinction de masse jamais vue, car il est désormais le seul à pouvoir agir pour que cela n’aille pas jusqu’à son terme, même s’il en est à l’origine.

    Enfin, extraire l’homme de l’ordre naturel des choses, ordre qui lui a donné le pouvoir d’utiliser ce même ordre pour satisfaire ses besoins personnels, ressemble à un point de vue arbitraire mu par l’émotion plus que par la raison. Car l’homme ne fait qu’agir mu par son instinct, comme n’importe quel animal, en se multipliant jusqu’à que les ressources raréfiées ne lui imposent un déclin. D’ailleurs il n'est pas impossible que l'avènement des algorithmes ne permette justement de sauver la planète.

    Son esprit lui permettra-t-il de renverser la vapeur ? Pas sans, à mon avis, une révolution éthique (je prépare un livre sur le sujet de l'éthique, qui doit paraître après un autre sur les biais psychologiques ; ça y est, j’ai vendu mon ketchup).

    De toute façon, qu’est-ce que l’homme à l’échelle géologique ? D’autres milliards d’années verront sans doute d’autres intelligences, sans qu’aucune trace de nos pollutions puissent y demeurer. Donc restons humbles, proches de nous-mêmes comme proches d’une nature dont nous dépendons totalement pour notre survie, et agissons avec compréhension, bienveillance, douceur et raison, afin que le mal que pourrait déchaîner nos passions ne nous détruise et la nature avec.

     

    Voici un autre article que je crois être à l'origine de ce petit débat, par Jean-Louis Schmitt :

    http://natureiciailleurs.over-blog.com/2017/11/les-nations-les-races-et-les-especes.html

     


  • Commentaires

    1
    domi
    Lundi 6 Novembre à 00:20

    Merci et bravo cher ami pour cette belle réflexion digne d'un fin psychologue, je suis ravi que mon modeste article ait suscité une réflexion de cette qualité. Tu as bien fait de répondre à mon article sur ton site plutôt qu'en commentaires. J'ai lu l'excellent article de Jean-Louis dont tu donnes à juste raison le lien, mais je précise qu' il n'est pas à l'origine de mon article écrit pour l'essentiel quelques jours plus tôt. Toujours est-il qu'entre toi et Jean-Louis, il y a de quoi faire travailler utilement les méninges ! Pour un monde meilleur qui a bien besoin de s'améliorer. Je suis ravi de correspondre avec vous deux, personnes qui travaillez dans le bon sens!

    2
    domi
    Lundi 6 Novembre à 00:37

    je lirai avec plaisir ton livre sur la révolution éthique

      • Lundi 6 Novembre à 05:58

        Merci Dominique pour ton retour et tes précisions ! Le brassage des idées contribue à leur diversité, et c'est un plaisir de le faire tous ensemble, avec nos sensibilités respectives !

    3
    Lundi 6 Novembre à 07:33

    coucou j'ai lu ton article avec intérêt ;

    je suis végétarienne ; je ne suis pas extrémiste souhaitant la fin de l'humain ;

    mais, ceci dit , manger un animal relève pour moi du même ordre que le cannibalisme

    de quel droit exterminons nous les autres?  parce qu'ils ont 4 pattes, ou des plumes, ou ne sont pas humains, ou n'ont pas la même couleur de peau, la même couleur d'yeux, de cheveux?

    tu sais qu'en Afrique les albinos sont tués;  en Europe les roux sont  moqués; tu vas me dire qu'on ne mange pas les roux, soit, mais  la base est la même ;

    quant à savoir que des races disparaitraient si tout le monde devenait végan , j'en suis consciente , car hélas, l'Homme ne laisse aucune place à ceux qui ne sont pas humains,

    cependant , est il préférable de naître et vivre une vie et une mort abominable , ou ne pas naître?

    voici un résumé succinct de mon ressenti

    bonne journée

     

      • Jean-Louis
        Lundi 6 Novembre à 08:17

        Victoria Lynn, nous avons décidément bien des points communs dont -et ce n'est pas le moindre- une profonde et sincère empathie pour le vivant ! Merci à Stéphane et à Dominique d'avoir permis cette rencontre, certes virtuelle mais, ô combien, belle quand même :)

      • Lundi 6 Novembre à 08:31

        Merci pour ton passage Victoria-Lynn, et l'expression de l'émotion que tu ressens face à la cruauté de l'être humain.

        D'un côté tu sembles attribuer à l'homme la responsabilité de ces destructions massives, et de l'autre tu le mets sur le même rang que les animaux.

        Une vie vaut une vie, est-ce là ton raisonnement ? Mais alors toute la chaîne alimentaire est une horreur, et la détruire (ce que nous faisons, hélas !) ne mène qu'à plus d'horreur. On ne peut critiquer l'existence de cette chaîne et en vouloir la destruction.

        L'être humain est pris dans un engrenage qu'il n'a pas prévu et dont il a les pires difficultés à s'extraire et il ne semble pas qu'il ait la toute-puissance qui l'en permettrait, pas plus qu'il ne se réduit à du cannibalisme, de l'ostracisme, ou du meurtre primaire, même si ceux-là existent.

        Mais je respecte profondément que tu vives en accord avec ta pensée, pensant préserver sans doute des animaux et leur épargner de la souffrance, ce qui me paraît doué de bienveillance.

        Quand à la dernière question que tu poses, elle est insoluble, car on ne peut savoir qu'après-coup si une vie valait d'être vécue, chose très personnelle, et encore faudrait-il pouvoir faire la part des choses entre le positif et le négatif, ce qu'il nous est très difficile de faire...

         

         

      • Lundi 6 Novembre à 09:21

        coucou bien sûr la question est insoluble ; mais cependant pour moi elle est cruciale ; et j'avoue que en effet toutes les vies se valent ;  au nom de quelle suprématie humaine se sentirait on légitime de manger ou massacrer des animaux?

        cependant je suis très contente de pouvoir en discuter sans polémique , ce qui impossible généralement ; les extrémistes de tout bord ne sachant pas  parler

    4
    Jean-Louis
    Lundi 6 Novembre à 08:13

    Bonjour Stéphane,

    J'ai répondu longuement (toutefois pas trop j'espère...) à l'article en question sur le blog de Dominique. Je te laisse y découvrir mon "argumentaire"... Cela dit, je partage bien évidement ton sentiment : "restons humbles, proches de nous-mêmes comme proches d’une nature dont nous dépendons totalement pour notre survie, et agissons avec compréhension, bienveillance, douceur et raison, afin que le mal que pourrait déchaîner nos passions ne nous détruise et la nature avec". Voilà qui résume le mien propre bien mieux que je n'aurais su le faire !

    J'en profite pour ajouter que voilà des échanges pour le moins intéressants et -je l'apprécie tout particulièrement- quoique nos avis divergent sur certains points, on y sent néanmoins un profond respect mutuel !

      • Lundi 6 Novembre à 08:34

        Merci Jean-Louis pour ton commentaire plein de douceur et de bienveillance. Pour ma part je trouve bien que tu mettes en œuvre ce en quoi tu crois, dans le respect des autres, et je respecte aussi ton point de vue. Je te reviens dès que j'ai lu ton article. Amitiés.

    5
    Vivi
    Lundi 6 Novembre à 09:59

    belle réflexion!!!!! kissoussssssssssss

     

      • Lundi 6 Novembre à 10:17

        Merci Vivi !

    6
    domi
    Lundi 6 Novembre à 11:35

    Je n'ai à rajouter à tout cela que je suis heureux de ce bon débat que j'ai provoqué entre gens sincères et de bonne compagnie, merci à tous, mes amis

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :