• Farandole de l'absurde (79)

     

     

    Petite chronique malveillante, malpolie, et de mauvaise foi… à l’usage de ceux qui ne le sont pas.

     

     

    17/04/2017.   Nous avons vu, récemment, plusieurs personnages politiques de premier plan mentir devant la France entière. Nous interrogeons donc aujourd’hui quelques candidats à ce sujet, sous Penthotal bien sûr, histoire qu’ils ne nous racontent pas de carabistouilles.

     

     

    -          Miss Piggy, une fois de plus honneur aux dames. Vous arrive-t-il de mentir ?

    -          Mais je mens sans arrêt. Celui qui ne ment pas est mort en politique.

    -          A quoi attribuez-vous cela ?

    -          La réalité est dure. On ne vote que pour la changer. Et le rêve c’est bien ce qui change en tout premier lieu de la réalité. Les Français votent donc pour le rêve.

    -          Mais le rêve n’est pas un mensonge.

    -          Si, c’est un mensonge quand on le fait passer pour la réalité.

    -          Et c’est ce que vous faites ?

    -          Non moi je suis plus intelligente que ça. Je dénonce les difficultés de la réalité, et du coup les gens trouvent que je suis sensée, et que mes propositions doivent l’être aussi.

    -          Elles ne le sont pas ?

    -          Non, elles ne visent qu’à me faire accéder au pouvoir.

    -          Chaque candidat, du plus petit au plus grand, affirme sa certitude d’être élu Président de la République. Et vous ?

    -          Tous mentent y compris moi. Sauf que moi je fais tout pour ne pas être élue.

    -          Quoi ?!

    -          Ben oui, je préfère qu’un autre s’y colle, échoue, et ensuite les électeurs se tourneront vers moi avec d’autant plus de conviction. Ce n’est que comme ça que je briserai le plafond de verre.

    -          Une fois que vous aurez le pouvoir, que ferez-vous ?

    -          De l’argent.

    -          De l’argent ?

    -          Ben oui, de la thune, de l’arsouille, du flouze quoi.

    -          Et vous croyez que les citoyens vous laisseront faire ?

    -          Vous savez entre une balle dans la tête et dix balles dans le portefeuille, leur choix sera vite fait. Je compte donc rencontrer une grande adhésion à ma politique. Regardez Poutine, il a réussi lui, en utilisant cette méthode, et il est milliardaire…

     

     

    -          Bien nous recevons maintenant le manuel Macroute. Bonjour M. Macroute, vous arrive-t-il de mentir ?

    -          Alors moi j’ai trouvé une façon imparable de moins mentir.

    -          Ah bon ! Laquelle ?

    -          Je parle pour ne rien dire ou de la sorte à ce que personne, ni moi-même je vous rassure, car sinon ça serait trop facile, n’y comprenne rien.

    -          La ficelle n’est pas un peu grosse ?

    -          Oh, vous savez les plus grosses ficelles sont toujours les plus solides.

    -          Comme quoi ?

    -          Dire que je suis un progressiste par exemple, ça ne veut rien dire. Vous imaginez  quelqu’un qui se vende en tant que rétrograde ? Tout le monde est progressiste.

    -          Et vos mensonges alors, quels sont-ils ?

    -          Ah ! et bien que je vais mettre de nouveaux visages dans la vie politique, en fait c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes (demandez à ma femme), et tous ces nouveaux visages sont des anciens en politique.

    -          C’est tout ?

    -          … et qu’il faut une rupture avec le passé. Tout ce que je propose, c’est la même politique que Hollande, et pour cause, puisque c’est moi qui la lui ai soufflée. Mais le plus drôle, voyez-vous, c’est que je dise ça devant la France entière et que ça passe ! Le mensonge est une nécessité imposée par les électeurs eux-mêmes. C'est quand on dit la vérité que les électeurs ne veulent pas de vous. Il faut dire qu’avec mon visage d’ange on me donnerait le bon Dieu sans confession.

     

    -          Bien, nous recevons maintenant Jean-Luc Méchencon. Bonjour M. Méchencon. Mentez-vous souvent ?

    -          Ben oui, mais moi je suis plus intelligent que les autres, et mon destin est celui d’un césar !

    -          Sans blague ! Et pourquoi donc ?

    -          Parce que j’habille mes mensonges de vérité. Car mon seul but est de prendre le pouvoir et de dominer les autres. Mais ça je ne peux pas le dire. Alors je pompe sur Miss Piggy histoire de lui piquer des électeurs, et je drape mon discours d’un halo de démocratie. Et tout le monde fonce tête baissée !

    -          Ah bon ?

    -          Mais oui, voyons ! Regardez : j’ai fait la nique aux primaires de gauche. C’est le signe d’un grand démocrate ça ? Et puis je n’ai cessé de dénoncer la Vème République parce qu’elle ne permettait pas de représenter les petits partis, et maintenant qu’elle le fait, je veux en changer pour une VIème. Et je fais ça devant tout le monde ! Et tout le monde n’y voit que du feu ! C’est pas grandiose ça, hein !?

    -          A quoi attribuez-vous cela ?

    -          Je fais le pédagogue. Comme Miss Piggy je dénonce la réalité. Mais moi je propose des solutions toutes simples que les gens puissent comprendre, et voilà ! En fait les gens n’ont pas le temps d’aller dans le détail de mon programme et de ses implications, alors ils votent pour la simplicité. Ils votent simple parce qu'ils n'ont pas le temps. Ils votent pour ma gouaille aussi, c'est-à-dire pour l’apparence, voyez-vous, et ce d’autant plus qu’ils sont dans le désespoir. Ventre affamé n’a point d’oreille.

    -          Ah ! Et c’est parce que vous êtes à moitié sourd que vous êtes affamé de pouvoir alors ?

    -          Je ne ferais pas comme d’habitude, celui qui croit ne pas entendre ce qu’on lui dit, histoire d’avoir le temps de trouver une réponse, mais vous avez raison.

     

    -          A votre tour M. Fillon. Avez-vous menti devant la France entière ?

    -          Je mentirais si je disais que je n’avais pas menti.

    -          Quand ?

    -          Tout le temps. Les gens confondent le mensonge avec de la résolution, et la résolution avec une qualité morale. Le mensonge devient donc une qualité morale, et c’est depuis que j’ai compris cela que je n’arrête pas de mentir.

    -          Et ça marche ?

    -          Et bien voyez-vous ça passe quand on fait l’offusqué, celui qui est victime d’une cabale politique alors que ce n’est que moi-même qui ai fait ce dont on m’accuse ! Que voulez-vous, les gens et l’époque sont comme ça. D’ailleurs j’ai entraîné toute ma famille politique à me soutenir, c’est pas un signe ça ? Mais ça prend. Dans cette époque de réalité virtuelle, c’est la réalité même qui se dissout, et la paranoïa des théories du complot qui prospère. Il faut vivre avec son époque, c'est élémentaire en  politique, même si au bout du compte nos comportements ne font qu’alimenter de telles théories. In fine, dans ces périodes où tous se sentent perdus, il faut imposer un cap et l’imposer en tant que réalité vraie. Les gens ont besoin de ça même si  la morale y perd. Regardez Poutine, c’est ce qu’il fait, et ça fonctionne !

    -          Bon. Quelques exemples concrets, peut-être, de vos mensonges, pour satisfaire les lecteurs de « Closer » ?

    -          Quand j’ai dit que je me retirerais de  l’élection présidentielle si j’étais mis en examen, ou quand j’ai dit avoir employé mes enfants en tant qu’avocats alors qu’ils ne l’étaient pas. Ou quand j’ai dit que les costumes qui m’ont été offerts l’ont été sans contrepartie, ce qui indiquerait au passage que je sois quelqu'un de particulièrement peu reconnaissant. Enfin toute mon attitude est mensongère, je dis ce que les gens veulent entendre, et je leur pisse à la raie.

    -          Monsieur Fillon !

    -          Ouais ! Le notable de province qui vit depuis trente-six ans à Paris il te pisse à la raie, gros connard de mes deux !

    -          Bien. Ravi d’avoir fait la connaissance avec le vrai, l’authentique Fillon ! Et loin de moi de penser que Fi''on est un trou du cul.

     

     

    -          Pour terminer nous recevons enfin Benoît Hamon. Alors Benoît, est-ce que vous mentez ?

    -          J’essaye de ne pas mentir.

    -          Pourquoi ?

    -          C’est trop compliqué, ça me fait mal à la tête, et après on est obligé de s’enferrer dans ses mensonges. Et puis moi j’ai confiance dans les électeurs. Les électeurs ne sont, par exemple, pas dupes de Valls quand il justifie son acte vil de soutenir Macron au nom de la noble idée de barrer le chemin à Miss Piggy, puisque tout le monde sait que ce qui va compter, c’est la composition de l’assemblée nationale après l’élection, et que de ce point de vue, la Vème République montre son extrême versatilité, puisqu’elle est capable de basculer vers un système représentatif. Les électeurs ne sont pas non plus dupes de tous mes concurrents qui se disent antisystème et qui non seulement en font partie mais l’utilisent. Comme Fillon avec l’emploi de sa femme en tant qu’attaché parlementaire, ou Miss Piggy qui se dit contre l’Europe mais siège au parlement européen, ou utilise son immunité parlementaire, ou Macron qui a été au gouvernement et a fait partie de la fonction publique, ou Méchencon, qui est dans la politique depuis qu’on lui a volé sa tétine. Moi je suis le seul candidat du système ! Voilà !

    -          Bien. C’était benêt Hamon en direct de notre émission « interview sérum de vérité ». A demain j'espère, pour de nouvelles aventures !


    6 commentaires
  • Farandole de l'absurde (78)

     

     

    Petite chronique malveillante, malpolie, et de mauvaise foi… à l’usage de ceux qui ne le sont pas.

     

     

    Olivier Mazerolle : « … le conquénat, euh le quinquennat… ». C’était pas la peine de rectifier.

     

     15/04/2017. Fake news : Hollande a décidé de ne pas se représenter. Mais c'est pas vrai que c'est une fake news ! Ben si c'est pas vrai c'est que c'est une fake news!

     

     

    16/04/2017.  Nous tenons à nous excuser auprès de nos fidèles auditeurs pour cette interruption d’antenne indépendante de notre volonté. Il se trouve que nous avons subi une descente des services secrets russes ou israéliens, (difficile de faire la différence vu qu’ils sont tous deux aux ordres de leur mafia), et qu’ils ont enlevé notre présentateur vedette, Jean-Pire Elrabache, oubliant au passage une valise entière de solution buvable de Penthotal, le fameux sérum de vérité.

    Nous avons donc confié la délicate tâche de  prendre la relève à un nouveau journaliste qui œuvrera désormais sous le pseudonyme de « Stef ». Il nous présente aujourd’hui son interview « sérum de vérité », concept révolutionnaire qui consiste à interroger des participants à l’élection présidentielle après leur avoir fait absorber une dose de Penthotal, à leur insu bien sûr.

     

    Aujourd’hui nous allons interroger les candidats sur le thème de la démocratie. Honneur aux dames, et nous recevons en premier Benoîte Hamon, car elle nous a avoué qu’il changerait de sexe si elle était élue Président de la République, afin de montrer son engagement envers l’égalité des sexes. A vrai dire il ne risque pas grand-chose.

    -          Alors, Benoîte, cette promesse de compagne est-elle symbolique de votre engagement démocratique ?

    -          Non, la démocratie c’est de pouvoir montrer son cul au perdant comme je l’ai fait avec Valls. Qu’est-ce que j’ai pu rigoler ! Je lui ai dit t’as perdu, t’embrasses mon cul ! Tu vas voir, il sent la rose ! Depuis il boude, hein ! Noir grave ! Pfff !

    -          Allez-vous trahir vos promesses de campagnes comme votre prédécesseur ?

    -          Ben c’est ça le jeu de la démocratie, alors qu’en dictature on impose des mesures qu’on n’avait pas promises, du style la fin de la liberté de la presse, la fin du vote, les exécutions sommaires etc. C’est quand même mieux la démocratie non ?

     

    Bien, et vous Miss Piggy. Que pensez-vous de la démocratie ?

    -          La démocratie est une dictature molle, à laquelle il faut du Viagra : moi !

    -          Vous ? Euh, n’avez-vous pas l’impression de prendre en traître les électeurs ?

    -          Je les prends quand je veux et où je veux. D’ailleurs, soit ils sont cons, soit ils sont au courant qu’à cause de l’Europe droite ou gauche c’est la même politique, donc il n’y a déjà plus de démocratie. Et puis quand je vais voir Pou, Pou… Pou…

    -          Poulidor ?

    -          Nan ! Pou… Pou…

    -          Poutou ?

    -          Nan ! Bordel de pompe à cul ! Poutine, voilà, c’est pas pour cueillir des pâquerettes, hein, c’est pour avoir les ficelles du métier ! Donc plutôt qu’on impose une dictature aux électeurs ils n’ont qu’à voter pour elle, comme ça au moins ils l'auront choisie.

    -          Il se dirait que votre père aurait le ministère de l’intérieur ?

    -          Papa ! Je t’aime ! Plein de papouilles à toi mon Papou d’amour !

    -          Euh vous pouvez retirer vos doigts de votre culotte ?

     

    La parole est à M. Fillon. Alors j’espère que vous, au moins vous allez la respecter cette démocratie…

    -          Ouais, comme en 2005 quand on s’est assis sur le référendum ! Rhôôô !

     

    M. Méchancon, s'il-vous-plaît, ne me dites pas que…

     

    -          La démocratie j’y tiens ! C’est pour ça que j’appellerais une constituante pour fonder la VIème République.

    -          Pourquoi, elle est pas bien la Vème ?

    -          Ben non, là il y a trop de partis de représentés. Avant c’était simple, yen avait deux, mais là c’est le bordel.

    -          Vous devriez en être satisfait,

    -          Non, il y a moins de place pour moi.

    -          Donc si j’ai bien compris après avoir été élu, vous démissionnez et vous fondez la VIème République. Et vous, que devenez-vous ?

    -          Ben président à vie de la VIème. Vous êtes bêtes ou quoi ? Si je fais de la politique c’est pas pour ramasser des pissenlits au bois de Boulogne !

    -          C’est ça votre respect de la démocratie ?

    -          Mais attendez, les gens sont au courant, depuis que je me suis assis sur les millions d’électeurs de la primaire du PS, primaire dont je n’ai d’ailleurs pas voulu. Si les gens n’ont pas encore compris que je suis un facho de gauche, c’est qu’ils sont cons. D’ailleurs ils sont cons.

     

    Ah ! M. Macron ! Votre version de la démocratie ?

    -          Donner aux électeurs l’illusion de voter pour du neuf. Un neuf pour eux. C’est l’emballage qui compte. J’ai une belle gueule, et avec ça les gens gobent n’importe quoi !

    -          C’est vrai ça, je ne comprends jamais rien à ce que vous dites et vous n’avez jamais été aussi haut dans les sons d’âge. Tenez, j’ai vu sur internet que votre avatar serait Julien Sorel ?

    -          Ah ! Internet !

    -          Rastignac alors ?

    -          Rastignac il a la gnaque !

    -          Et la démocratie ?

    -          J’l’encule profond et encore avec du sable !

    -          Oh ! Madame va se fâcher ce soir…

    -          Meuh non, j’la calcule Rênal*…

     

    Chers électeurs, c’était l’interview vérité des candidats sur le thème de la démocratie. Demain l’émission s’intitulera "Politique, Mensonge et Vidéo, cocktail détonnant de la politique ?"

     

    * Le Rouge et le Noir


    5 commentaires
  • Aphorismes et autres bêtises (122)

     

     

    1926. C’est quand on n’arrive pas à être aussi bête qu’on le voudrait qu’on peut mesurer sa propre bêtise.

     

    1927. A l’issue de la visite, Alice eut de la visite.

     

    1928.    Bon, on se fait la bise ?

    – Bah allez, oui, chuis plus à un Herpès près après tout…

     

    1929. C'est chez le marchand de primeurs qu'on trouve des choux emballés dans du journal, alors que c'est chez le marchand de journaux qu'on trouve la primeur des infos dans des feuilles de choux. C’est à plus rien n’y comprendre !

     

    1930. Sans passion rien ne vaut la peine d’être fait. Sans raison rien n’est fait.

     

    1931. Quels cons sensuels Paul et Mick !

     

    1932. Extrait du dictionnaire 1.0 du « ben parler de la langue française » : Imbécile : sage qui a compris toute la bêtise de l’intelligence ; à ne pas confondre avec son antonyme  l’intelligent : celui qui a compris toute l’intelligence de la bêtise.

     

    1933. C’est dans l’espace entre le légal et le moral que le sentiment d’injustice se niche.

     

    1934. L’amour est une larme qui n’a pas encore coulé.

     

    1935. Énerver : enlever les nerfs. Enlever les nerfs : calmer.

     

    1936. Le masseur est un despote quand il étire Annick.

     

    1937. Il avait des airs à Sa(h)ara.

     

    1938. Ça m’casse les couilles quand Sam gave la chatte.  

     

    1939. La vieillesse est une longue fatigue qui se termine par un long sommeil.

     

    1940. Ce que tu ne fais pas aujourd’hui, dix fois tu feras demain (nouveau proverbe champêtre).


    4 commentaires
  •  

     

    Petite chronique malveillante, malpolie, et de mauvaise foi… à l’usage de ceux qui ne le sont pas.

     

     

    23/03/2017. France2, (suite à l’attentat de Londres) : « l’assaillant refuse de donner son nom… 5 morts dont l’assaillant ».  Je crois que si on le torture il finira bien par dire qui il est.

     

     23/03/2017. F. Fillon : « Je n’aurais pas dû accepter ces costumes. Je les ai rendus ». C’est comme moi j’ai rendu mes slips.

     

     

    18/03/2017.  Aujourd’hui nous recevons un autre candidat à l’élection présidentielle, M. Dupontd.

     

    -          Alors, M. Dupontd, la première question qu’on a envie de vous poser, c’est : Dupont avec un « t » ou Dupond avec un « d » ?

    -          Non, ça vous savez les Français en ont marre de ce genre de politique politicienne, ils veulent quelque chose de neuf, des politiques honnêtes et qui défendent leur bifteck ! Avec un « t ».

    -          Un bifteck avec un thé ?

    -          Non Dupont avec un « t ». Je dirais même plus les politiques ont besoin de gens pour défendre leur bifteck.

    -          Le bifteck des gens ou des politiques ?

    -          Laissez-moi vous expliquer. C’est facile, pour résorber le chômage, j’ai une méthode infaillible.

    -          Laquelle ?

    -          Eh bien voilà, pour résoudre le chômage il faut qu’il y ait plus d’emploi, et je dirais même plus que pour qu’il y ait plus d’emploi, il faut qu’il y ait plus de chômage.

    -          Je ne vous suis plus.

    -          C’est pourtant simple, si tout le monde se fait poser un toit de chaume, il y aura plus de chaumage, et s’il y a plus de chaumage, alors il y aura moins de chômage. Vous voyez ? Et en plus ça sera bon pour la planète parce que ça allègera les importations d’énergie fossile.

    -          Ah ? Et… euh, vous ne craignez pas que ça fasse de l’eau dans le gaz avec les russes ?

    -          De tout temps les russes ont été nos amis et la logique géopolitique impose des relations confraternelles avec eux. Je dirais même plus que la politique géologique impose des relations fraternelles et cons avec eux.

    -          Connes ?

    -          Toi-même.

    -          Mais n’y-a-t-il pas un problème moral à soutenir une dictature ?

    -          Vous préférez peut-être la dictature de la démocratie, qui au nom du plus grand nombre oppresse quelques-uns ?

    -          Bon, M. Dupont, avec vous au moins on est sûr d’une chose, c’est qu’on aura tintin !


    4 commentaires
  •  

     

    Petite chronique malveillante, malpolie, et de mauvaise foi… à l’usage de ceux qui ne le sont pas.

     

     

    05/03/2017. F. Fillon : « J’ai fait mon examen de conscience »… Résultat ? Néant…

     

    05/03/2017. Fillon,  le « fou de Dieu ». Ben oui, le fou de lui-même…

     

    14/3/2017. M6, un interviewé : « il m’empêche pas de dormir mais il peut me réveiller. » C’est comme moi, regarder la télé ça m’empêche pas de rester éveillé mais ça peut m’endormir…

     

    14/3/2017. M6, pub anti-gaspi : un morceau de pain parle : « je ne veux pas finir à la poubelle, dans le noir ». Qui tient le morceau de pain ? Un noir… Rassurez-moi, il n’y a pas que moi que ça choque ?

     

    18/03/2017. Aujourd’hui Gilles Bouleau, de la chaine TpasFin, reçoit un nouvel invité politique :  

     

    -          Permettez-moi, chers téléspectateurs, d’avoir l’immense privilège d’accueillir aujourd’hui sur notre antenne râteau, l’éminente Nathalie Achtung, candidate à l’élection présidentielle représentant la LO.

    -          Bonjour Nathalie, alors…

    -          Nathalie Achtung, Achtung ! Chen ai assez te ces biais sexzists ! Ch’ai un nom te familleuh comme tout le mondeuh !

    -          Oui, pardon Madame Archtung…

    -          Ceci tit fous poufez m’appeler Nathalieuh, gross coquin !

    -          Bien, bien, donc vous vous adressez aux travailleurs, je crois ?

    -          Ya ! Ya ! Mais à force de chanter l’internazionale, ils ont fini par foutre le camp à l’étranger ces idioten.

    -          Ah ? Et qu’allez-vous faire pour les rapatrier ?

    -          Eh bien, j’ai moi aussi ein slogan : « le trafail rend libreuh ! »

    -          Voyons Madame Achtung, vous vous rendez compte de ce que vous dites ?! C’est ce qui était marqué à l’entrée du camp d’Auschwitz !!!

    -          Ach ? Et alorrrs ? Hitler tisait bien qu’il n’était ni de troite ni de gaucheuh, et ça ne chêne perzonne que Macron tise la même chose. Nein ?

    -          Ça suffit ! Vos propos sont intolérables ! Nous allons rendre l’antenne.

    -          Pour réduire le chômage tous en camp de travail !!! Fous aussi M. Bouleau, au boulot !

    -          Ça suffit ! Coupez l’antenne ! Descendez de mon dos et rangez cette cravache, Mme Achtung !

    -          Une fois que le travail aura maté le grand capital, fous serez à ma botteuh misérables valets impérializtes, et vous en redemanderez, vous verrez !

    -          Coupez ! Coupez !

    -          Ya ya ! Je fais couper ! Je fais couper ! Fous allez foir !...

     

    Farandole de l’absurde (76)


    8 commentaires
  •  

     

     

    Petite chronique malveillante, malpolie, et de mauvaise foi… à l’usage de ceux qui ne le sont pas.

     

     

    0403/2017. France2, Isabelle Martinet : "A l’époque les femmes meurtrières n’étaient pas très bien vues dans la société". Alors qu’aujourd’hui elles sont des modèles pour nous tous !

     

    05/03/2017. Cnews : rassemblement place du Trocadéro en faveur de F. Fillon. Question à un participant : « Alors, vous soutenez toujours F. Fillon ? » Ben non, si j’ai fait 600km, c’est pour le BBQ…

     

    07/03/2017. Fake news : F. Fillon annonce que les médias auraient annoncé le suicide de sa femme. Quelle honte ! Sauf qu’il est le seul à l’avoir annoncé… Fillon, le seul candidat à se foutre la honte tout seul.

     

    08/03/2017. LCI. Fillon aurait déclaré que s’il n’y avait eu personne place du Trocadéro il en aurait tiré toutes les conséquences. Alors qu’avec ne serait-ce qu'une seule personne, cela aurait été tout-à-fait différent !...

     

    9/3/2017. Le Pen poursuivie, Fillon convoqué pour être mis en examen, le PNF saisi contre Macron, Hamon aurait eu un emploi fictif à l’université… Un autre volontaire pour se présenter à l’élection présidentielle ?

     

    25/02/2017. Le CSA me prie d’effectuer cette rectification : CSA ne veut pas dire « Comité des Sombres Abrutis » comme annoncé par erreur la semaine dernière, mais « Comité des Sourds et Aveugles ». Ceci étant dit, nous recevons aujourd’hui Philippe Poutou, le fort sympathique candidat  du NPA (Nouveau Parti des Ampoules-au-front).

     

    -          Bonjour M. Poutou. Alors, pouvez-vous exposer aux français vos mesures ?

    -          Ben non j’ai oublié mon mètre, sans parler de mon patron, pour ceux qui voudraient me tailler un costard.

    -          Eh ? C’est dommage parce qu’il paraît que vous envisageriez de faire des poutous partout aux électeurs.

    -          J’ai déjà plein de Poutou à la maison, j’ai pas besoin d’en ferrailleurs.

    -          La question de l’emploi est centrale dans votre campagne…

    -          Ben oui, je cherche du boulot.

    -          Ah ? Et en matière d’économie, que suggérez-vous ?

    -          Il est capital d’économiser son travail, sinon après on en n'a plus.

    -          C’est tout ?

    -          Non, je mettrais l’usine au centre de ma campagne.

    -          Pour donner du travail aux agriculteurs ?

    -          Non, parce que j’habite à la campagne.

    -          Tiens ? Et à part ça, qu’attendez-vous de cette élection ?

    -          On va déchirer la baraque, parce que j’ai un slogan d’enfer !

    -          Lequel ?

    -          « Un Poutou, tous pour un ! » Avec ça on va la gagner cette campagne de 2012 !

    -          2017 vous voulez dire…

    -          Comment ça 2017 !?

    -          Oui, on est en 2017.

    -          Ben si  personne ne me tient informé, c’est sûr, ça va marcher beaucoup moins bien, forcément !

    -          Bon, bon. M. Poutou, nous vous souhaitons un bon score et sur ce nous quittons nos auditeurs !

    -          2017, vous êtes sûr ? Quand même ils auraient pu me prévenir, je ne comprends pas ! Pou’ou !

    -          Allez, c’est pas grave M. Poutou ! Ça va s’arranger ! Tenez, un mouchoir…

     


    4 commentaires
  • Farandole de l'absurde (74)

     

     

     

    Petite chronique malveillante, malpolie, et de mauvaise foi… à l’usage de ceux qui ne le sont pas.

     

     

    25/02/2017. France Info. Michel Serres : « J’ai beaucoup réfléchi sur l’acte de manger […] : on ne peut survivre sans manger ni boire… »  Nan ! Sans blague ! Heureusement qu’il est académicien celui-là !

     

    25/02/2017. Radio indéterminée, pub : « Depardieu chante Barbara »…  Sponsorisé par Gillette ?

     

    26/02/2017. Le Pen s’en prend aux médias, aux fonctionnaires et à la justice dont elle dit qu’elle les mettra aux pas.  Quand on s’en prend aux organes garants de la démocratie, c’est qu’on est contre la démocratie.

     

    01/03/2017. LCI : François Fillon annonce sa convocation le 15/3 devant un juge d’instruction afin d’être mis en examen, et son intention de maintenir sa candidature à l’élection présidentielle jusqu’au bout, et quoiqu’il advienne… 

    – Dis-donc toi ! Tu n’avais pas dit que si tu devais être mis en examen tu te retirerais de l’élection ?

    – Mais je ne suis pas encore mis en examen.

    – Et tu n’avais pas dit qu’on n’aurait pas imaginé le Général de Gaulle se présenter à l’élection présidentielle mis en examen ?

    – Ben chuis pas le général de Gaulle.

    – C’était F. Fillon, le premier candidat de l’histoire à renier ses promesses avant même d’avoir été élu !

     

    02/03/2017. LCI, discours de B. Hamon à Brest : « je suis en colère contre ces responsables politiques qui ajoutent de la peur à la peur [et font] de la peur des autres un commerce électoral… Le jour où ils leur donneront le pouvoir [à l’extrême droite], ils [l’extrême droite] leurs reprendront le pouvoir qu’ils lui ont donné ». Il ne faut pas faire de la peur des autres un commerce électoral, tu disais Benoît ? Eh ben tu dois bien être en colère contre toi-même !

     

    3/3/2017. Aux termes de l’article 432-15 modifié par loi n°2013-1117 du 6 décembre 2013 - art. 6, qui modifie les articles 432-10 à 15, 433-1 et 2, article 434-9 et 9-1, 435-1 à 10,445-1 et 2, etc. etc., M. Filou est convoqué pour être mis en examen ! =>

    -          Politiciens voleurs !!!  Corrompus ! A bas le népotisme !!!

    -          Justice orientée, justice manipulée !!!

    -          Juges assassins !!! Juges tyrans !!! Voleurs de démocratie !!!

    -          Journalistes menteurs !!! Voyous !!!...

    Mon cher Professeur Pivaire, on ne sait pas ce qu’ils se disent quand ils aboient, mais en tout cas quand on leur jette un os, ça a l’air de leur faire de l’effet !

       

     

    25/02/2017. Suite au courrier d’insultes du CSA (Comité des Sombres Abrutis) nous enjoignant de donner la parole aux petits candidats, nous accueillons aujourd’hui Benoît Démon, 1,69m, accompagné de sa maman.

     

    -          C’est pas ma maman, c’est ma compagne !

    -          Ah oui ! Autant pour moi. D’ailleurs il se dit que vous l’auriez rencontrée au parlement européen, qu’elle serait lobbyiste pour LVMH, la célèbre marque de crocodiles, et qu’elle vous aurait soufflé votre programme.

    -          Pas du tout ! (Euh, Bobonne, je réponds quoi ?)

    -          Tu lui dis qu’il faut proposer du rêve, chéri. Que les français en ont marre du bas de gamme, qu’il leur faut du beau, du vrai, du clinquant, du cousu main quoi !

    -          Voilà, je dis pareil que Bobonne.

    -          Bon. Mais ne craignez-vous pas que tout ça, ça coûte un peu cher à la patrie ?

    -          Dis-lui que pour le rêve le prix n’est qu’un détail.

    -          Voilà, je dis comme Bobonne, c’est un prix de détail.

    -          Pourtant, M. Démon, vous avez de votre côté M. Friedman pour défendre le salaire universel…

    -          C’est un communiste ce Firedman ?...

    -          Non, non, M. Démon, Friedman, Milton Friedman, le monétariste, prix Nobel d’économie, chantre du néo-libéralisme, qui proposait, comme vous, une mesure semblable au revenu universel…*

    -          Néo-libéralisme !? Vade retro satanas ! Si ça se sait que je suis un néo-libéral,  je suis grillé !

    -          M. Démon, soit, mais vous pourriez quand même dire à ceux qui prétendent que le revenu universel attaque la « valeur travail », que si le travail a une valeur en tant que telle, alors le revenu universel ne pourra pas l’attaquer, et que dans le cas contraire cette mesure est pleinement justifiée…

    -          Euh… Bobonne, tu décodes ?

    -          Réponds-lui juste : tout ce que les français veulent « c’est du pain et des jeux »… et des sac-à-mains de bonne qualité.

    -          Tout ce que je veux pour les français c’est des sacs-à-pains de bonne qualité.

    -           Bien, merci M. Démon. C’est sur ces mots benoîts que nous allons nous quitter. En tout cas, avec vous, on est au moins sûr d’une chose : c’est que l’enfer est pavé de bonnes intentions…

     

     

     

    * Voir mon article intitulé « Petit laïus traitant du revenu universel » sur mon blog : http://stef0263.eklablog.com/petit-laius-traitant-du-revenu-universel-a128649384


    2 commentaires

  • Petit laïus traitant du revenu universel.

     

    B. Hamon a proposé, dans ses mesures, l’instauration d’un revenu universel, c’est-à-dire, si on le prend au pied de la lettre, sans condition, pour tous.

     

    Voici quelques réflexions concernant cette mesure.

     

    D’abord Milton Friedman, le monétariste, prix Nobel d’économie, chantre du néo-libéralisme, aurait proposé une mesure semblable au revenu universel…

    En fait, et je reprends un article du Monde (  http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/04/21/le-revenu-universel-genealogie-d-une-utopie_4906393_3232.html ), il s’agirait d’un impôt négatif pour tous ceux gagnant moins d’un revenu déterminé. Exemple : si ce revenu est déterminé à 30 000€, la personne gagnant 20 000 € pourrait recevoir (30 000€ – 20 000 €) x 0.50 = 5 000€. La personne gagnant 0 recevrait (30 000€ - 0) x 0.50 = 15 000€.

    D’après cet article M. Friedman développerait cette idée dans son livre : Capitalisme et Liberté (1962).

     

    Pour ma part je vois au moins deux inconvénients à cette mesure :

    -          aggraver une récession dans le cas où le salaire de référence se mettrait à baisser, réduisant tous les versements y étant indexés ;

    -          créer de l’inflation lors de sa mise en place, ce qui correspondrait à une baisse du pouvoir d’achat pour tous.

     

    Quant aux avantages ils semblent se situer essentiellement dans la sphère psychologique : réduction des angoisses ayant trait au fait de ne pouvoir assurer sa propre subsistance, ce qui n’est pas rien, mais avec l’inconvénient que les individus essaieraient probablement d’investir leurs énergies dans d’autres activités qui leurs procureraient du frisson, ce qui pourrait être néfaste pour la société (du pain et des jeux)…

    Au niveau de l’économie l’avantage d’une telle mesure serait de faire disparaître un certain nombre de « pièges à pauvreté ». Qu’est-ce qu’ « un piège à pauvreté » ? Un piège à pauvreté c’est quand par exemple une couturière fait son métier à l’aiguille plutôt qu’à la machine à coudre. Son moindre rendement signifie de plus faibles revenus. Si ceux-ci sont trop faibles pour économiser, alors elle ne pourra pas acheter la machine à coudre qui justement lui permettrait de sortir de la pauvreté. Avoir un revenu universel permettrait à la couturière de s'acheter cette machine à coudre. La question est essentielle quand il s’agit de la formation, dont le coût peut être astronomique et inaccessible aux bas salaires, tels que ceux des autoentrepreneurs, ou quand il s'agit d'acquérir une voiture pour aller à son travail, ou bien pouvoir payer le loyer d'un logement plus proche de son travail, et du coup réduire ses frais de transports...

     

    Quant à l’argument du coût pharamineux de cette mesure, il est sans doute d’une extrême complexité. Néanmoins on peut peut-être le ramener au déficit commercial. En effet le taux de rotation de l’argent (sauf erreur de ma part) est de 2.1 en France. C’est-à-dire que 10€ injectés dans le système par l’État font 21 € de revenus pour l’économie (10 x 2.1). Si le taux d’imposition moyen est de 50% alors les revenus de l’état sont de  21 x .5 = 10.5€, soit un bénéfice de 0.5€ pour l’État. Bien sûr si une partie de ces 21€ part à l’étranger à cause des importations, alors ce système peut devenir déficitaire, puisqu’il ne génère plus 21€.

    En 2015 le taux de prélèvement obligatoire était de 44.6% soit un revenu de 9.37€ pour l’État pour 10€ injectés dans l'économie soit un déficit de 0.63€ ... Si le coût originel de cette mesure est de 500 milliards injectés dans l'économie, le coût réel après prélèvements est en réalité de 31.5 milliards d'euros, à moins d'augmenter le taux de prélèvements au-dessus de 50%...

     

    Une mesure probablement plus efficace dans un premier temps serait pour l’État de simplifier et de financer intégralement les dispositifs de formations, permettant ainsi à toute personne désirant se former de recevoir une rémunération et de se réinsérer dans l’économie. Le versement du revenu universel pourrait alors venir en complément d’une telle mesure, car il existe un certain nombre d’activités qui ne sont pas rémunérées dans l’économie, comme le travail à la maison, qui mérite pourtant reconnaissance…


    3 commentaires
  •  

     

     

     

     

    Petite chronique malveillante, malpolie, et de mauvaise foi… à l’usage de ceux qui ne le sont pas.

     

     

    Date indéterminée, télé indéterminée. Vu sur une pancarte : « Policiers = Assassins ». [C’était lors d’un déplacement de Hollande en banlieue, après l’affaire Théo]. Dans la même veine : Banquiers = Escrocs. Journalistes = Menteurs. Politiques = Corrompus. Musulmans = Terroristes. Noirs = Voleurs. Blancs = Racistes. Israéliens = Nazis.  Humains = Imbéciles. (La dernière est de moi.)

     

    25/02/2017. Nous retransmettons aujourd’hui en direct l’interview de M. Jean-Luc Méchencon, du Parti gauche, par notre confrère, M. Elrabbach.

     

    -          Bonjour M. Méchencon. Vous avez beaucoup de détracteurs, qu’avez-vous à leur dire ?

    -          Le monde agricole ne se nourrit plus de nous nourrir : il leur faut des tracteurs !

    -          Ah ?... Euh… certains disent que lors de vos meetings vous avez l’air d’attendre le train en parlant tout seul.

    -          Oh vous les journalistes, je vous vois venir avec vos gros sabots ! Vous cherchez le buzz, hein ? Mais avec moi ça ne prend pas. Si je me propose aux français pour devenir Président [léger retroussement nerveux des babines], c’est pas pour faire un BBQ à l’Elysée, hein, c’est pour qu’on en finisse avec cette moulinette néo-libérale qui a fait tant de mal à mes économies…

    -          A l’économie, vous voulez dire.

    -          Taisez-vous ! Taisez-vous M. Elrabbach ! Cessez de m’interrompre ! Sinon c’est pas la peine de m’inviter !

    -          Bien je vous écoute.

    -          Ben ça y est, j’ai dit ce que j’avais à dire.

    -          Ah ? Bon. Certains disent que faute d’alliance avec le PS c’est à vous qu’on reprochera l’échec de la gauche.

    -          Parce qu’il faudrait que j’ai l’aval d’Hamon pour être Président [à nouveau : léger retroussement nerveux des babines] ?

    -          Il a la légitimité des primaires.

    -          Les primaires, c’est primaire ! et ça n’a fait que des perdants déprimés !

    -          Hollande l’a gagnée lui.

    -          Oui mais ses cinq concurrents, ils l’ont perdue eux. Sans parler de la France…

    -          Euh, bon, mais votre programme est très proche de celui d’Hamon…

    -          Ah bon ? Ça tombe bien : je suis pour une candidature unique… du moment que c’est la mienne et qu’on est tous d’accord avec mes idées, surtout moi. On ne se paiera pas ma tête en me faisant des bisous partout !

    -          Donc votre surdité n’est apparemment pas qu’auditive, elle est aussi politique.

    -          Absurdité ! Car il n’y a pire surdité que celle du cœur, M. Elrabbach.

    -          Merci M. Méchencon. Eh bien c’est sur ces belles paroles que nous quittons nos auditeurs, bien certains que vous allez vous désister en faveur d’Hamon plutôt que d’être responsable de l’élection d’une droite rétrograde qui détruira la France.

    -          Mais pas du tout, j’ai pas dis ça !!! Et… eh ! vous n’avez pas parlé de Le Pen qui m’a piqué mon programme économique ! Vous l’aviez promis ! Sales menteurs ! J’vais l’dire au CSA !...

    -          M. Méchencon, M. Méchencon, s’il-vous-plaît ! Coupez ! Coupez !...


    4 commentaires
  • Farandole de l'absurde (72)

     

    Farandole de l’absurde (72)

     

     

    Petite chronique malveillante, malpolie, et de mauvaise foi… à l’usage de ceux qui ne le sont pas.

     

     

    16/02/2017. LCI : Georges Fenech : « Les Républicains se suicident eux-mêmes. » Pas besoin de les suicider donc : ‘font le boulot tous seuls !

     

    16/02/2017. LCI : l’avocat du policier mis en examen a déclaré, [à propos de l’affaire Théo], que l’arrestation avait été virile mais normale. « Avis à tous les amateurs de sodomie : chaque arrestation sera désormais accompagnée d’un enculage à la matraque. La personne arrêtée sera également traitée d’enculée par un trou du cul, et tout cela sans aucun frais additionnel ! »

     

    16/02/2017. LCI : F. Hollande prône l’exemplarité au sommet de l’état. Comme par exemple trahir ses promesses de campagne ? Comme aller en scooter voir sa maîtresse et ensuite virer sa compagne comme une malpropre ? Comme écrire un livre qui dénigre la justice et bave sur tout le monde ?... Bel exemple Fanfan !

     

    11/02/2017. Nous recevons aujourd’hui un autre candidat à l’érection présidentielle, M. Emmanuel Maquereau.  

     

    -          Bonjour M. Maquereau. On vous reproche souvent de ne pas avoir de programme précis. Voici une opportunité pour vous de clarifier la situation. En particulier il se dit que vous auriez eu des relations homosexuelles avec un des membres du gouvernement. C’était Valls ? Taubira ?

    -          Je ne laisserai à personne le soin de dire qui je suis ou qui je ne suis pas, ne le sachant d’ailleurs pas moi-même, car je m’inscris en dehors de ce système dont je suis issu.

    -          Non ! Ne me dites pas que c’était Hollande alors ?

    -          Je ne suis ni de gauche ni de droite, mais j’entends rassembler toutes les forces progressistes…

    -          Oui, oui. Et on vous aurait vu à trois heures du mat’ sur les Champs-Elysées déguisé en Zazà Napoli, de la Cage aux Folles, en train de courir et de crier les bras levés : « Hou ! Hou ! Houhou ! » Vous confirmez ?

    -          Vous savez, les français attendent autre chose de la politique. Car le monde change. Demain ne sera pas pareil qu’hier, qui lui-même était différent d’aujourd’hui, sans parler d’après-demain qui sera un nouveau jour. C’est pourquoi nous sommes ouverts à tous ceux qui voudraient nous rejoindre…

    -          Non !? Vous invitez DSK alors ? Pff ! Je plaisante… On vous aurait également vu en train de vous prendre pour le messie lors d’un meeting…

    -          Le Messie ? Le Messie ! Oui, j’avoue. J’avoue ! Alléluia ! Je suis le Christ ! Le sauveur ! Le grand rédempteur ! Hou ! Hou ! Houhou !

    -          Bien, merci M. Maquereau. On vous aura pourtant laissé une chance de démentir que vous auriez dû payer l’ISF, que vous auriez utilisé des fonds publics pour financer votre campagne, que vous avez inspiré à Hollande une politique qui a si bien échoué que vous la reproposez aux électeurs, Hollande que vous avez d’ailleurs trahi, et, pire que tout, que vous êtes progressiste, ce qui ne veut strictement rien dire.  


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique